Archives pour la catégorie Le Collectif agricole

Deux nouveaux projets agricoles prennent forme sur l’île d’Yeu…

Le Collectif agricole salue la volonté, la ténacité et le travail de ceux et celles qui portent des projets d’installation agricole, tentent de refaire vivre les activités agricoles sur l’île d’Yeu, afin d’apporter plus d’autonomie alimentaire et de vie locale pérenne. Avec l’accompagnement du CDA (Comité de Développement de l’Agriculture), il faut trouver les terrains. Puis il faut les défricher, désoucher, préparer la terre afin qu’elle accueille les semis et les plants… et enfin récolter!
Tous nos voeux vous accompagnent!

Ben et Eliot se lancent dans le maraîchage aux Grisons (Zones des Vieilles). Premières récoltes cet été!

Jean Paul Brice et Jean René Brice, viticulteurs, espèrent les premières vendanges en 2024 (cépage vendéen). Plantation avec du cépage Chenin de la parcelle du “Grand Rochefort”.

Appel à volontaires pour un diagnostic participatif sur la biodiversité des mares en zones agricoles !

Dans le cadre du projet « Au f’île de l’eau », le CDA s’associe à la LPO Vendée pour la mise en place d’un inventaire participatif des mares de l’Ile d’Yeu. L’objectif est de répertorier les mares en zones agricoles et d’évaluer leur biodiversité. Ceci afin de mieux connaître le réseau des mares, de les classifier en fonction de leur état et de pouvoir guider des travaux futurs de restauration.
Cet inventaire repose sur la mobilisation de volontaires. Vous trouverez en PJ un exemple de fiche d’inventaire type à télécharger que nous pouvons adapter au contexte de l’Ile d’Yeu. 
Si vous êtes volontaire, nous vous proposons une formation les vendredi 23 et samedi 24 avril prochains. Les volontaires formés et équipés des kits de prospection pourront ensuite parcourir le terrain pour inventorier les mares. Les inventaires se dérouleront jusqu’à la fin de l’été, avec un point d’étape en juin. Ce travail donnera lieu à une restitution publique. Il sera amené à être reconduit à l’avenir afin d’enrichir les connaissances sur les réseaux hydrographiques de l’île. 

Pour vous inscrire aux formations, veuillez contacter le CDA : terres.fert.ile@gmail.com 

Téléphone : 07 69 77 90 32

(formations limitées à 30 participants). 
A très bientôt ! »

Le Comité de Développement de l’Agriculture (CDA) fait peau neuve

Le Comité de développement de l’agriculture devient une association regroupant les agriculteurs, les associations, des citoyens et la mairie. Le collectif du CDA, informel jusque fin 2020, laisse la place en janvier 2021 à une personne morale, sous forme de l’association le « CDA ».

Les objectifs poursuivis sont toujours les mêmes :

  • Le projet Terres fert’île : mobiliser le foncier pour mettre des terres à disposition des agriculteurs et porteurs de projets.
  • Le projet au F’île de l’eau : comprendre et réhabiliter les cours d’eau, le fossés et les mares en zones agricoles, et favoriser le stockage de l’eau de pluie pour les besoins en eau des agriculteurs (cultures et élevages). Il s’agit aussi de créer une synergie positive entre activités agricoles et biodiversité.
  • Le projet Circuits courts/alimentation durable/ restauration collective

A vos écouteurs, sur Neptune fm!
Georges Birault, Président de l’Association le CDA, et Arthur Bouyer, le chargé de mission, vous racontent…

http://www.neptunefm.com/podcasts/autres-interviews-149/ile-d-yeu-le-comite-de-developpement-de-l-agriculture-change-de-statut-4406

Les Ateliers « cuisiner durable » reprennent…

Le CDA (Comité de développement de l’agriculture) avait dû annuler les « Ateliers cuisiner durable » en Mars et Avril dernier, lors du confinement lié à la Covid 19. Ils reprennent en cet fin d’été…

Voici le programme. Inscrivez-vous, les places sont limitées!

Affiche Programme Ateliers cuisiner durable
Affiche Programme Ateliers cuisiner durable

Pour une alimentation durable
Schéma-alimentation-durable-300×300

Manger au temps du Coronavirus: une enquête lancée au début du confinement

L’enquête « Manger au temps du coronavirus » lancée dès le début du confinement, a permis de témoigner à travers 5 bulletins de partage (https://www.rmt-alimentation-locale.org/bulletin-de-partage) et de nombreux éclairages (https://www.rmt-alimentation-locale.org/eclairages) de l’impact du coronavirus sur nos systèmes alimentaires.

Pour faire le point sur les grands enseignements cette enquête, en attendant un bulletin conclusif qui paraîtra début octobre, des membres du collectif de travail « Manger au temps du coronavirus » reviennent en vidéo sur les éléments qui les ont marqués, font le lien avec leurs travaux antérieurs et proposent des recommandations pour la suite.

Découvrez les 5 vidéos de retour sur l’enquête :

 

Blaise Berger, consultant au cabinet de conseil coopératif Terralim (http://www.terralim.fr/) témoigne du rôle révélateur de cette crise et de la réactivité des producteurs et des élus locaux.

Lien : https://youtu.be/8eaPlHDCel0

Gilles Maréchal, consultant au cabinet coopératif Terralim, référent circuits courts à la FR CIVAM Bretagne et chercheur associé Espaces et Sociétés ESO-CNRS montre le rôle essentiel de l’alimentation et revient sur les solidarité de crise.

Lien : https://youtu.be/FIuIyqpJi3c

Anne-Cécile Brit, animatrice à la FR CIVAM Bretagne, co-animatrice du RMT Alimentation Locale et membre de l’association des Greniers d’Abondance retient la place prépondérante qu’a pris l’alimentation pendant cette crise et son rôle de révélateur des vulnérabilités de nos systèmes alimentaires.

Lien : https://youtu.be/PzXSK_YSzgY

Félix Lallemand, docteur en écologie et évolution du Muséum national d’Histoire naturelle, co-fondateur de l’association « Les Greniers d’Abondance » (https://resiliencealimentaire.org/) aborde les enjeux politiques autour de cette crise et présente une voie de résilience : la sécurité sociale alimentaire.

Lien : https://youtu.be/gWGDJTbt-xc

Luc Bodiguel, directeur de recherche au CNRS en sociologie et sciences du droit, retient de cette enquête un certain déphasage de l’action centrale et une série de questionnement : quel apport des PAT (Projets Alimentaires Territoriaux) face à la crise ? le droit de l’urgence doit-il forcément être un droit du moins disant écologique ?

Lien : https://youtu.be/ckS_LfIyCMY

L’activité agricole à l’île d’Yeu

Depuis quelques années sous l’effet conjugué du travail des acteurs du territoire regroupés au sein du Comité de Développement de l’Agriculture (Les associations Le Collectif agricole et Yeu demain, la Coopérative Terres islaises, la Mairie, tous les producteurs déjà installés) et de nouveaux porteurs de projet, l’activité agricole se développe. Si l’île était quasi autonome sur le plan alimentaire avant le XXs., la déprise agricole l’a rendue très dépendante du continent et du transport maritime … D’après l’étude réalisée en 2018 par la GAB 85 environ 90% de l’alimentation vient « d’ailleurs ».
Sur 2300 ha classés en zone agricole au PLU de 2014, seulement 25 ha sont consacrés au maraîchage et environ 120 ha à l’élevage… Accroître l’autonomie alimentaire, favoriser des emplois pérennes à l’année, (notamment pour les jeunes générations), ouvrir les paysages, entretenir la fertilité de la terre et la biodiversité… C’est un beau projet et c’est possible!

La carte ci-dessous fait le tour des agriculteurs en activité sur l’île en 2020. De nouveaux projets sont en cours d’installation (Vigne, Maraîchage, Plantes halophiles, Fleurs comestibles, Poules pondeuses …).

Affiche_carte agriculture Yeu 2020

L’agriculture insulaire au révélateur de la crise du Coronavirus : une enquête « à chaud » du RAIA

Le 6 décembre 2019, le RAIA organisait à l’île d’Yeu un atelier prospectif sur l’avenir de l’agriculture dans les îles de l’association. https://collectifagricoleiledyeu.wordpress.com/2019/12/14/atelier-prospectif-sur-le-devenir-agricole-des-iles-de-la-cote-atlantique-une-initiative-du-raia/
Pour les participants, l’autonomie, la sécurité alimentaire et le développement de l’agriculture insulaire de proximité sont apparus comme des objectifs incontournables du développement local face aux risques de rupture d’approvisionnement qui pourraient résulter de crises de nature sanitaire, économique ou environnementale. L’actualité venait renforcer les conclusions de leurs travaux quelques semaines plus tard…
La crise de la Covid 19 a fait prendre conscience à de nombreux citoyens et élus de l’urgence de se préoccuper de la question de l’approvisionnement alimentaire de îles et du nécessaire développement de l’agriculture de proximité sur ces territoires isolés.
Face au choc de la pandémie et durant le confinement, comment ont réagi les producteurs agricoles des îles françaises de la façade atlantique?

Lettre à Monsieur Bruno Noury (Maire de l’île d’Yeu) et Madame Carole Charuau (Conseillère départementale) : Penser dès maintenant l’après-crise déclenchée par le Covid19

Bonjour à tous,  lecteurs et visiteurs,
Les membres de Conseil d’Administration du Collectif agricole soucieux de l’avenir de l’Ile d’Yeu, mais aussi de la planète terre qui nous accueille, ont fait parvenir une lettre  à Monsieur Bruno Noury, Maire de l’île, et à Madame Carole Charuau, Conseillère départementale.
Cliquer ici :  Lettre à Monsieur le Maire, 9 Mai 2020

Nous espérons revoir rapidement ceux qui ont été confinés comme nous, et que nous n’avons pas rencontrés lors de nos maigres déplacements, ainsi que ceux qui amoureux de l’île, souhaitent y revenir dans des bonnes conditions de sécurité sanitaire et participer à ce tournant écologique que nous appelons de nos voeux, ici comme ailleurs.

Bonne lecture et à bientôt,
Le Conseil d’administration du Collectif agricole de l’île d’Yeu
Ile d’Yeu, Le 11 Mai 2020