Archives pour la catégorie Le Collectif agricole

Lionelle Arnaud va pouvoir commencer son activité d’éco pâturage

Marguerite et Lila sont deux chèvres des Fossés,  tout juste arrivées du Morbihan.
Y a plus qu’ à faire connaissance avec de ces bébés de deux et trois  mois!
En complément de la production de poulets de chair et de l’animation de la Ferme pédagogique, je souhaite en effet développer une activité  d’éco pâturage. Les chèvres des fossés sont particulièrement efficaces pour le défrichage et l’entretien des terrains.

A bientôt,
Lionelle

Publicités

Encore une attaque contre le projet de poulets de chair de Lionelle Arnaud!Soutenons-la!

Non contents d’avoir fait un recours au tribunal administratif pour faire annuler le permis de construire délivré le 6 avril 2017, l’association « Au cœur de l’île » et 16 requérants ont déposé le 20 avril 2017 une requête en référé suspension, alors que les travaux d’installation de la ferme sont déjà largement entamés et le matériel commandé. Ce référé vise à faire arrêter les travaux que Lionelle et Willy ont commencé pour construire leurs bâtiments d’exploitation.
Rappelons que le projet a débuté en 2014, que Lionelle a dû attendre 2017 la modification du PLU pour pouvoir déposer son permis de construire, qui a été accepté en avril 2017, étant conforme à toutes les dispositions réglementaires urbanistiques, agricoles et environnementales.

Pourquoi cette association lui met-elle des bâtons dans les roues ? Ses membres ont tout simplement peur que la valeur de leurs maisons ou terrains soient revus à la baisse. Leurs arguments sont habillés de craintes de bruits, d’odeurs, de pollution … Ils comparent l’élevage de Lionelle (50 poulets par semaines, 850 poussins et poulets permanents) à un élevage de 10 000 poulets permanents. C’est ce qu’ils ont indiqué dans la pétition « Mes opinions.com”, le 28/10/2015, dont la photo suggère un élevage industriel, induisant en erreur les signataires. N’est-ce pas de la médisance et de la calomnie ?
C’est cette même peur que les riverains de la Ferme d’Emilie avaient évoqué lorsqu’elle a lancé son projet d’élevage de moutons. Finalement, ces mêmes riverains sont bien contents aujourd’hui : c’est un régal pour les adultes et les enfants de voir les moutons, et personne ne se plaint d’odeurs ou de bruits !
Les membres de l’association « Au cœur de l’île », en voulant défendre leurs intérêts individuels s’opposent à un projet utile pour la collectivité, souhaité et soutenu par les associations et par la Mairie, en cohérence avec la volonté nationale et régionale de développer les circuits courts.

Rappelons que le recours au tribunal administratif n’est pas suspensif et que tant que le référé n’a pas été jugé, Lionelle peut continuer de construire ses bâtiments en toute légalité.

Soutenons la Ferme de Lionelle qui créera son emploi, diversifiera l’offre alimentaire en circuit court, et sera un plus pour la vie économique et sociale de l’île.
Le Collectif Agricole soutiendra ferment son projet et l’aidera par tous les moyens disponibles.

 Malheureusement ce référé l’oblige à prendre un avocat.
Vous pouvez l’aider financièrement.
Chèque à l’ordre du Collectif Agricole qui collectera les dons
(Mettre au dos du chèque : « Soutien à Lionelle »)
à envoyer au 7 impasse du Bouet, 85350, Ile d’Yeu

 Pour le Collectif Agricole
Le président
Georges BIRAULT »

La Ferme des P’tites Beurtounes : des méthodes d’élevage innoventes et écoresponsables

La Ferme « Les P’tites Beurtounes » (élevage de vaches laitières) ne laisse pas indifférent, elle est l’objet de critiques, parfois de doutes. Elle est cependant exemplaire en ce qu’elle contribue à la biodiversité en rendant à la lande sa vocation millénaire et favorise la survie de la race des vaches bretonnes rustiques « pie noir », adaptée à notre environnement. Cette activité participe ainsi au développement durable de l’Île d’Yeu et au circuit court.
Dans cette interview réalisée par Le Collectif agricole, Julien et Bénédicte expliquent leur activité et répondent à ces questionnements : Système herbager

Cette interview complète deux articles déjà parus sur le blog, « Gestion paysagère à l’île d’Yeu : et si on pensait permaculture? », permaculture-yeu-Jean Jacquemont et « Zones naturelles et élevage extensif, quelle complémentarité? » Zones naturelles et élevage extensif : quelle complémentarité? G. Sage,

 

 

 

Actes de vandalisme contre la Ferme des Cochets en Vendée!

Le Collectif agricole de l’Ile d’Yeu déplore et condamne les actes de vandalisme dont a été victime la Ferme des Cochets (Saint urbain 85) en Vendée.

Betty, Benoît et Soizic y élèvent des vaches pie noir, des vaches maraîchines et des chèvres poitevines. L’installation s’est faite avec l’aide de la LPO. C’est un projet collectif de protection de la nature grâce à l’installation de 3 jeunes paysans dans le Marais breton sur près de 100ha de prairies humides.

 Les faits :
Ce sont les panneaux d’invitation de la journée du 5 mai, pour la Ferme ouverte, qui ont été tagués puis volés la semaine dernière. Dans la nuit de lundi à mardi, les poteaux de signalétique ont été tronçonnés et le barnum neuf de l’association « La Maraichine » tagué.

C’est l’outil de travail des jeunes agriculteurs bio en vente directe qui est saccagé car l’ouverture de la ferme fait partie de leur métier. Les responsables de ces actes cherchent à exclure des paysans qui ne pensent pas comme eux en exerçant une pression honteuse depuis des mois. Une plainte a bien sûr été déposée.

Changer de modèle agricole n’est pas une chose aisée. Cependant c’est une nécessité pour l’environnement et la santé publique !   Même si l’agriculture paysanne et respectueuse de l’environnement se heurte en Vendée, à l’Ile d’Yeu et ailleurs à des résistances, parfois à des incivilités et des actes de vandalisme condamnables, ne nous décourageons pas!

Le Collectif agricole de l’île d’Yeu

Pour en savoir plus sur la Ferme des Cochets :   dernier LPO Infos85

Mon projet pour la planète : votez pour le projet islais Terres Fert’île

Erratum
Contrairement à ce que nous pensions et écrit le 16 Avril, il faut valider votre adresse mail pour que votre vote soit pris en compte. C’est le moyen de vérifier qu’une adresse mail n’est pas utilisée frauduleusement. Si vous souhaitez nous soutenir, merci de revoter et de valider votre adresse mail.
Président du Collectif agricole,
Georges Birault

Pourquoi voter ?
Dans le cadre de l’Appel à projets d’initiative citoyenne « Mon projet pour la planète » lancé par le Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire, le projet Terres Fert’île de l’Île d’Yeu a été présélectionné et est ouvert aux votes sur Internet.
Notre projet vise à remettre en culture les terres agricoles sur l’île d’Yeu pour consolider les paysans existants, en installer de nouveau en circuits courts et préserver la biodiversité.
Cette demande de subvention est portée par le Collectif Agricole dont je suis le président.
Parmi les 418 projets pré sélectionnés, les votes citoyens éliront les projets lauréats. Une même personne peut voter pour plusieurs projets. Les votes ont déjà commencé et sont ouverts  jusqu’au 11 mai.
Pour voter, rien de plus simple : il suffit de s’inscrire en un clic, et le tour est joué!
Voici le lien ci-dessous :

https://www.monprojetpourlaplanete.gouv.fr/projects/plan-climat/collect/depot-des-projets/proposals/terres-fert-ile-mise-en-valeur-du-potentiel-agricole-de-friches-a-l-ile-d-yeu

Les lauréats seront ceux qui auront obtenu le plus de voix : alors votez pour le projet Terres Fert’ile qui a besoin de subventions ! Le vote de chacun compte ! Faites circuler l’information et faites voter vos proches !
Avec tous mes remerciements
Georges BIRAULT

https://collectifagricoleiledyeu.wordpress.com/
 vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=eq3W0_JDhVE&feature=youtu.be

L’Ile d’Yeu lauréat national du Programme National pour l’Alimentation (PNA) pour son projet alimentaire

Afin de poursuivre l’action de Terres Fert’Ile la recherche de financements, tant locaux que nationaux et européens est nécessaire. Il s’agit de mobiliser le foncier, de poursuivre le défrichage, de soutenir les fermes existantes,  et d’installer de nouveaux producteurs afin d’abonder le circuit court et de satisfaire la demande des cantines, des grandes et moyennes surfaces, des restaurants et des consommateurs de façon générale, en produits locaux de qualité. A l’instar de tout projet de territoire, Terres Fert’ile mobilise du temps de travail des acteurs concernés (agriculteurs, associations, élus, techniciens, chargé(e) de mission…) et nécessite des financements. C’est donc avec une certaine anxiété que nous attendions la réponse du Ministère de l’agriculture concernant l’appel à projets du Programme National pour  l’Alimentation auquel nous avions répondu. La bonne nouvelle est tombée la semaine dernière et Georges Birault, Président du Collectif agricole, est « monté » à Paris au Salon de l’agriculture afin de représenter le Comité de Développement Agricole (CDA) et de recevoir le prix (et donc le financement) qui nous est attribué. Vincent Girard (Chargé du développement économique), Mathilde Barré (Chargée de mission) et Tanguy Martin (Terre de liens, Pays de la Loire) étaient également présents.

L’Ile d’Yeu fait partie des 33 projets retenus sur 316  présentés au titre du Programme National, pour son projet « Vers un système alimentaire durable et local sur l’Ile d’Yeu ».  Belle-Ile est également distinguée attestant qu’une agriculture respectueuse des hommes et de l’environnement est considéré au niveau national comme un instrument  de développement durable, dans les îles comme ailleurs.

Remise des prix le Vendredi 2 Mars 2018 par le Ministre de l’agriculture M. Stéphane Travert. Salon de l’agriculture.