La vie du réseau agricole des Iles atlantiques : une dynamique confirmée

Les représentants d’Oléron, Yeu, Bréhat, Ré, et Belle-Ile se sont retrouvés pour deux jours de travail à Clisson, les 10 et 11 Mars 2017, pour préparer les prochaines « Rencontres »

Rencontres Inter-Iles 2017 sur l’île d’Oléron
 Vendredi 24, samedi 25 et dimanche 26 novembre

Objectifs du Réseau :
– Maintenir et développer l’activité agricole.
– Développer le circuit court et l’autonomie alimentaire.
– Préserver un marché foncier agricole.
– Mobiliser des élus.
– Développer l’implication citoyenne pour faire d’une l’alimentation de qualité un objectif collectif.
Valeurs du Réseau :
– Agriculture durable, respectueuse de l’homme et de l’environnement (3 piliers : social /environnement /économique)
– Agriculture paysanne, agroécologie
– Cohérence avec le territoire : circuits courts, liens avec les consommateurs, enjeux climat, qualité de l’eau, santé
– Approche filière : du foncier à l’assiette
– Accompagnement des agriculteurs en place vers la transition
– Solidarité, transmissibilité
– Démarche collective, fédératrice avec une vision sur le long terme

Le réseau comprend : Aix, Arz, Ouessant, Bréhat, Groix, Oléron, Yeu, Belle-Ile-en-mer, Ré, Batz, Molène, Houat, Hoëdic

Lors des prochaines « Rencontres  » le travail en ateliers portera sur des thèmes relevant de la gestion des friches, de la mobilisation foncière, des modalités de gestion du foncier par la SAFER et les municipalités, la reconnaissance des spécificités liées à l’insularité, la complexité des classements des terres et les conflits d’usage que cela génère, l’installation et la transmission des fermes, l’articulation entre écologie et activités agricoles, alimentation durable, l’implication citoyenne…

Sur ces Iles dans lesquelles la dynamique agricole est confirmée, les freins et les solutions sont diverses. Elles sont liées à l’histoire du territoire et de son agriculture, à la volonté des élus et au tissu associatif. Le foncier est une préoccupation première. Faire un diagnostic de l’offre potentielle et souhaitable est nécessaire pour déterminer les actions concrètes à mettre en œuvre. Evaluer les besoins de la population résidente à l’année et en saison devrait permettre de penser l’alimentation durable comme un « bien commun ».

Faire reconnaître l’agriculture comme une activité à part entière contribuant à une activité durable sur les Iles est un enjeu important. C’est pourquoi nous souhaitons que les débats sur l’agriculture ne soient pas marginalisés lors du prochain festival des Insulaires à Bréhat, comme ce fût malheureusement le cas jusque maintenant, et que les thèmes, heures et lieux de débat soient annoncés dans le programme.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s