Déchets verts et production de compost par la Mairie : le point de vue des agriculteurs du Collectif agricole

Le Collectif agricole a participé aux réunions organisées par la mairie sur les déchets verts et la production de compost à la Marèche. Voici les réflexions que cela nous a inspiré.

La qualité du compost.
Ce qui vient en premier c’est la qualité du compost. Ce qui a été annoncé lors de la réunion du 2 décembre 2014, c’est que seuls les déchets verts seraient utilisés : taille des haies et tontes de pelouse. Ceci permet d’éviter des pollutions par des métaux lourd, le PCB et autres déchets dangereux.
Il subsiste le problème de la pollution des déchets verts par les pesticides : les herbicides qui peuvent être utilisés par les particuliers ou les paysagistes. Ces herbicides sont surtout utilisés pour les gazons.
On pourrait envisager une filière « bio » et une autre « non bio ». Mais cette solution n’est pas très fiable car il sera impossible de contrôler si la tonte de gazon est polluée ou non. D’autre part un paysagiste pourra avoir des déchets d’origines mélangées dans son camion.La solution pourrait être de fabriquer du compost uniquement à partir des tailles de haies qui généralement ne subissent pas ou très peu de traitement chimiques.Le compost qui contiendrait des tontes de gazons ne serait pas utilise par les maraîchers.

L’analyse du compost.
Il sera nécessaire d’avoir une analyse du compost pour en connaître les différents composants pour que les maraîchers puissent adapter les autres intrants.

Calibrage du compost
Pour être utilisé par les maraîchers, le compost a besoin d’être tamisé afin d’éliminer les morceaux qui restent et qui sont bloquant au niveau des semis. IL conviendra donc de calibrer le compost.

Le transport.
La situation est différente selon les maraîchers. Transporter 100m3 de compost avec une remorque d’à peine 2 m³ devient long, coûteux. L’utilisation de grosses remorques n’est pas forcément adaptée à l’organisation des tenues maraîchères : dimensionnement des chemins, longueurs des parcelles… IL faudra tenir compte de ces contraintes

Quantité et stockage.
En fonction de la qualité nourricière du compost, on peut utiliser de 2 à 5 litres de compost par m². Soit pour un hectare entre 20 et 50 m³ à l’hectare, cela peut être plus important sur des terres pauvres et en fonction des légumes. On peut estimer que si tous les maraîchers utilisait le compost, il faudrait 300 à 500 m³ de compost. Les maraîchers étendent principalement le compost  à l’automne tant que les terres ne sont pas trop humides et peuvent porter les engins. Si les maraîchers s’engagent à prendre ces quantités de compost, il faut en contrepartie qu’elles soient mises de côté et disponibles à l’automne.

Le prix du compost.
Les maraîchers ne sont pas contre la gratuité. En même temps il ne paraitrait pas anormal que pour des professionnels, il y ait une participation financière.

Le Président du Collectif agricole, Georges Birault.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s